Interview de Gilles Schildknecht pour News Tank RH Management

La place des seniors dans le marché des formations

La place des seniors dans le marché de la formation

22 novembre 2019

A l’occasion d’un premier bilan de la loi du 5 septembre 2018 par le Medef, la ministre du travail, Muriel Pénicaud a souhaité faire reconnaitre les dépenses de formation comme un investissement. Cette volonté permet notamment de s’interroger sur la place actuelle des seniors vis-à-vis des formations professionnelles.

Dans une interview accordée à News Tank RH Management, Gilles Schildknecht, chargé de mission publics seniors du Cnam, revient sur la place des seniors dans le marché de l’emploi, notamment vis-à-vis des formations professionnelles.

Dans un contexte de recul de l’âge de la retraite, la formation des seniors est une priorité pour leur permettre de rester plus longtemps en activité tout en assurant leurs compétences.
Or 33% des salariés seniors déplorent un refus ou un manque de soutien de la part de leurs employeurs pour le suivi d’une formation.
Avec un taux d’emploi plus faible que la moyenne européenne, il est maintenant acquis que la politique menée ces 30 dernières années en France, notamment en faveur des dispositifs de préretraite, s’est désormais inversée.

Comment expliquer cette réticence des entreprises, notamment des grands groupes, à former les seniors ? Gilles Schildknecht met en exergue le fait qu’il y ait d’une part une volonté de réduction des coûts, les seniors ayant souvent des salaires plus élevés de par leur ancienneté, et de l’autre l’arrivée sur le marché de l’emploi de jeunes sur-diplômés, avec des exigences salariales moins élevées. Un retour sur investissement jugé trop faible et une résistance au changement des seniors sont aussi des raisons évoquées quant au déficit de formations en faveur de ces salariés.
Mais cette idée doit évoluer, selon la ministre du travail, qui souhaite que les coûts en formation soient considérés comme un investissement dans les comptes des entreprises, pour un amortissement sur le long terme. Un changement d’orientation qui permettra de vraies négociations sur la place de la formation dans les entreprises, notamment pour les compétences des seniors.

Concernant la formation des seniors au Cnam, bien souvent ils privilégient les unités d’enseignement aux diplômes. Ils souhaitent de préférence acquérir de nouvelles compétences dans le cadre de leur fonction notamment pour être à jour vis-à-vis des évolutions techniques.
Ainsi le Cnam se veut à la fois accompagnateur mais aussi acteur sur les formations pour les seniors en anticipant notamment les évolutions et en adaptant son offre, comme par exemple le développement des blocs de compétences éligibles au CPF (Compte Personnel de Formation).